Menu
Pôle de création culturel

Pôle de création culturel

les Faubourgs

  

Enter Your Address or Zip Code Above.

Mise à jour du portrait de l'industrie culturelle du Pôle de création des Faubourgs

une hausse de 46% du nombre d’emplois en 3 ans. La vocation culturelle du Pôle de création des Faubourgs se confirme et s’affirme!

 

À la demande de l'arrondissement Ville-Marie,  la Société d’investissement Sainte-Marie (SISM) et la Corporation de développement économique communautaire (CDEC) du Centre-Sud Plateau Mont-Royal ont réactualisé le portrait économique des entreprises et travailleurs culturels des Faubourgs 2012-2013.  

En 2009, à la suite d’un premier diagnostic qui met en évidence que le moteur du développement économique des quartiers Sainte-Marie et Saint-Jacques est l’industrie culturelle,  l’Arrondissement Ville-Marie reconnait ce territoire comme le pôle de création des Faubourgs. Quatre ans après ce premier diagnostic, le portrait actualisé vise à avoir une connaissance plus fine des différents secteurs d’activité ainsi que de documenter les besoins des entrepreneurs afin d’émettre des recommandations pour le maintien et développement de l’industrie culturelle dans le quartier.

Le fait marquant est le développement à la hausse du secteur culturel: 
En 2009:  250 entreprises et 7 500 emplois
En 2012: 459 entreprises 10 939 emplois

Le Pôle de création des Faubourgs, écosystème créatif et diversifié, est un quartier prometteur de développement au sein d’une métropole créative comme Montréal!

pour consulter le communiqué de presse, cliquer ici
pour consulter le rapport complet, cliquer ici

 

Pôle de création des Faubourgs 

Le 9 juillet 2009, sur représentations de la Société d'investissement de Sainte-Marie (SISM), l'Arrondissement de Ville-Marie reconnaît et affirme l'existence du pôle de création des Faubourgs et la culture comme moteur de développement économique pour les quartiers Sainte-Marie et Saint-Jacques. La SISM est alors mandatée pour mettre en action le plan de réalisation de ce nouveau pôle culturel de Montréal.

Les Faubourgs démontrent naturellement une grande vitalité entrepreneuriale dans le domaine des arts et de la culture. C'est plus de 250 organismes, entreprises et lieux de diffusion qui emploient 7 500 personnes oeuvrant ainsi dans le secteur de la grande économie culturelle. Ce sont principalement des artistes et des artisans, des architectes, designers, journalistes, communicateurs, auteurs, éditeurs, diffuseurs, producteurs, promoteurs, entrepreneurs et gens d'affaire.

Au fil des ans, plusieurs réalisations significatives ont eu lieu. Pensons seulement à la Cité des ondes, la Cité 2000, la Grover ou maintenant GrovArt, le Chat des artistes, le St-Phonic, PRIM, le Théâtre Prospero, L'Espace Libre, l'Usine C, le Lion d'Or, le Bain Mathieu, la Maison de la culture Frontenac et sa bibliothèque, l'Écomusée du Fier Monde et la Prison des Patriotes.

Ce pôle de création est unique. Bouillant d'innovations, les Faubourgs sont un grand laboratoire expérimental de la relève et de l'avant-garde. Que ce soit au niveau de l'éducation, de la production ou de la diffusion, l'ADN des Faubourgs engendre une complémentarité stimulante avec les pôles culturels existants, consolidant ainsi le positionnement de la métropole.

Source d'inspiration / Terrain d'action / Fabrique d'avenir /

Marqué par le gris et la brique, enveloppé d'effluves de bière et de tabac, fort comme un chêne, on regarde le chat – de gouttière, de ruelle, le matou - et on lui trouve des ressemblances.

Enraciné dans les traditions et l'histoire du Québec, on bâti son avenir, chaque jour ajoute une vignette à la grande bande dessinée urbaine.

En quête d'inspiration, on y compte les vélos, les corniches, les cordes à linge et les théâtres, on remarque que les serpents y sont longs, les échelles courtes et quand le progrès se fait trop lent on sort le Scrabble et épelons Klaxon.

Les violons et les sax s'unissent pour jouer la sérénade les artistes occupés, le pissenlit se trace un chemin à travers les lézardes et s'amuse à dessiner un point de soleil sur le trottoir, bière à la main on le regarde et on admire sa ténacité, sa confiance en soi.

« Qu'est-ce qu'on mange, à soir ? Du pâté chinois! Tu le sais, c'est le meilleur au monde. Pis tant qu'à y être, mets donc le disque de Ferland et sa toune ‘ Fleurs de macadam!'»

Les Faubourgs: La peur de rien, l'envie de tout…

Texte d'inspiration collective, rédigé par Elisabeth Starenkyj

Territoire des Faubourgs

De la rue Berri à la rue L'Espérance / de la rue Sherbrooke au Fleuve